Éditorial

samedi 1er novembre 2003
par AVB

Beaucoup des débats sur l’environnement qui agitent la Région Ile-de-France, l’État français, ou même l’Europe, et qui pourraient nous paraître un peu lointains, semblent pourtant trouver un écho dans notre région de la vallée de la Bièvre.

Le débat national sur l’énergie par exemple, qui relaie lui-même des interrogations à l’échelle de la planète, pourrait bien ouvrir la question de l’implantation d’éoliennes sur le plateau de Saclay (voir article ci-contre). Intéressant dilemme pour les défenseurs de l’environnement qui auront à réfléchir sur l’apport de cette énergie renouvelable, le caractère symbolique de son implantation en région parisienne, et son intégration dans le paysage...

La communauté européenne discute-t-elle des nouvelles directives sur le bruit ? Nous en trouverons des applications, significatives en termes d’impact sur notre cadre de vie, dans la mesure et la cartographie du bruit autour de nos routes (RN286, RN118 entre autres), de nos voies ferrées (RER C, fret) et des aérodromes de notre région (Villacoublay, Toussus-le-Noble, voire Orly).

Enfin lorsque la Région Ile-de-France met en chantier la révision de son schéma directeur (SDRIF), ce n’est pas seulement un plan de plus que l’on élabore, mais surtout une série d’orientations, obligatoires pour certaines, à l’échelon local, qui constitueront un outil déterminant pour maîtriser l’urbanisation et le cadre de vie de notre région dans les quinze années avenir. Les projets qui s’enchaînent sur le plateau de Saclay (val d’Albian, Palaiseau) montrent qu’un tel outil est nécessaire pour ne pas remettre en cause insidieusement, par manque de contrôle d’ensemble, un choix essentiel pour beaucoup d’habitants, à savoir l’équilibre entre les zones urbanisées et les espaces naturels.

Ce constat est d’une certaine manière rassurant. La politique -au sens plein du terme - sert donc bien à quelque chose, et les orientations retenues en matière d’environnement par l’Europe, l’État ou la Région ont un impact direct sur notre vie quotidienne ! De quoi inciter les citoyens que nous sommes à user au mieux des possibilités qu’offre une démocratie pour faire entendre leur voix et leur choix. Le « débat national sur l’énergie » n’a pas été très probant sur ce thème. Tentons de faire mieux pour les élections régionales en mars prochain.

Olivier Lucas
Président des AVB